Dans les jardins de nos grands-mères, Inès Heugel; Christian Sarramon, Editions du Chêne

Dans les jardins de nos grands mères
Inès Heugel & Christian Sarramon
Editions du Chêne
février 2010
184 pages
170 x 218 mm
Prix : 19,90 €

Présentation de l’éditeur:
Un vieil arrosoir avec sa pomme en cuivre, un banc en pierre couvert de mousse, une échelle abandonnée sur laquelle grimpe maintenant une clématite, une jarre dont l’émail s’est écaillé au soleil de Provence, quelques paniers qui ont connu des heures de gloire au verger, une table en fer forgé, une lanterne, un cadran solaire… Voici quelques-uns de ces objets de charme qui ont meublé les jardins de notre enfance et que cet ouvrage fait revivre.
L’auteur nous raconte l’histoire (souvent oubliée) de ces accessoires, de ces chaises, de ces ornements, que les chineurs traquent passionnément dans les brocantes et qui retrouvent une nouvelle vie dans nos jardins actuels. Elle passe en revue les divers matériaux et techniques employés (terre cuite, béton, zinc, etc.), nous livrant au passage de précieux conseils pour les reconnaître, les entretenir, les choisir. Les photographies, réalisées par les meilleurs photographes de jardin, mettent en scène ces objets, donnant au lecteur une moisson de bonnes idées. Des gravures anciennes et des pages de catalogues du début du siècle complètent la documentation. »

Notre avis:
Est-ce une réédition de l’ouvrage du même titre paru en 2003 ? L’histoire ne le dit pas… Mais comme nous ne possédions pas ledit ouvrage, passons!
Il s’agit d’un livre à plusieurs entrées finalement. La première étant les photographies de Christian Sarramon qui invitent à l’inspiration pour nos propres scènes de jardin. Viennent ensuite les textes de présentation de Inès Heugel qui vous apprendront les origines, les techniques de fabrication de tous ces décors de jardin, pots, bancs, fontaines, arrosoirs, outils… Enfin, quelques trucs bienvenus pour redonner aux objets nichés ci et là leur splendeur d’antan. Un petit air de féerie souffle sur les dernières pages lorsque les auteurs abordent les statues, reproduisant quelques divinités protectrices des jardins tout comme ces bons vieux nains qui, eux aussi, trouvent leur origine en ces dieux protecteurs… Hélas, on aurait aimé beaucoup plus de photos mais c’est peut-être à chacun d’entre-nous de poursuivre cette route en son propre jardin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :